/ by /   Reportage / 0 comments

OTM Fribourg 2019

OTM-Oldtimer & Teilmarkt Fribourg
Cub: Oldtimer-club Bern Corvette C1
©Francois Mamin, 23.03.2019

OTM-Oldtimer & Teilmarkt Fribourg
©Francois Mamin, 23.03.2019

Communiqué de presse

Granges-Paccot, le 24 mars 2019 — Le 44e OLDTIMER & TEILEMARKT SUISSE qui vient d’avoir lieu les 23 et 24 mars a connu un franc succès. L’affluence enregistrée a connu cette année une augmentation très réjouissante. Les organisateurs se disent également très satisfaits du nombre d’exposants et donc de leur confiance.

Les visiteurs étaient nombreux ce week-end à arpenter les allées de Forum Fribourg à la recherche de pièces rares, d’accessoires et même de véhicules d’occasion, ou toutsimplement venus s’émerveiller devant les modèles tous plus remarquables les uns que les autres et représentatifs de toute la diversité du monde des collectionneurs. Ce sont des hallesplus que pleines qu’ils ont pu découvrir cette année, où aucune surface n’est restéeinoccupée !

Ils ont également pu profiter des nombreuses animations proposées sur place, comme lestours de ville gratuits en Oldtimer, les démonstrations par des artisans de métiers d’antan,mais ont aussi pu découvrir les deux expositions spéciales de cette 44e édition.

L’une d’elles retraçait l’histoire de la marque Citroën à l’occasion de son 100e anniversaire,tandis que l’autre mettait en lumière les motos de la marque jurassienne « Condor ».

OTM-Oldtimer & Teilmarkt Fribourg
Citroen SM 1970 V6 2675 cc
©Francois Mamin, 23.03.2019

OTM-Oldtimer & Teilmarkt Fribourg
Alfa Romeo 6C 2300 Worblaufen 1938
©Francois Mamin, 23.03.2019

Les 100 ans des marques Alvis et Bentley, ainsi que les 60 ans de la Mini ont également été matérialisés au Club-Show avec des modèles d’exception. Dans cette même halle, quel’on compare souvent à un musée éphémère, l’Oldtimer Club Bern était également présent à l’occasion de ses 50 ans, mais le Swiss Car Register fêtait également un jubilé, soit celui des 100 ans des carrossiers suisses. De nombreux autres clubs comme AMC Suisse, Amicale FIAT anciennes ou encore MV Agusta et Laverda Club Suisse ont rivalisé dans le club show pour faire honneur à la locomotion ancienne.

Dans l’ensemble, les plus de 370 exposants réunis se disent satisfaits des affaires réalisées. Ces derniers ont permis au public, à nouveau très enthousiaste, d’admirer voire d’acquérirencore bien d’autres pépites.

Le parking gratuit consacré aux visiteurs se rendant au salon en véhicule oldtimer affichaitcomplet, se transformant presque en un second salon à l’extérieur du secteur d’exposition. C’est également dans ce dernier qu’a été relevé dimanche le challenge « 100 ans Citroën, 100 Citroën », où une concentration de plus de 100 véhicules Citroën a pu être observée par les visiteurs conquis.

 

Commentaire

On en prend d’autres et on recommence. Pour cette année encore, le concept a fonctionné, mais l’organisateur, Jo Vonlanthen, devrait envisager de rajeunir la formule. Pour beaucoup d’amateurs, l’OTM est prétexte à retrouvailles après l’hivernage des voitures, la recherche des dernières pièces avant la remise en circulation, les derniers nouvelles, les projets en cours, les copains que l’on croise au détour d’une allée, en bref, le printemps. La saison des ballades devrait reprendre sous peu. 

Pour les privilégiés qui sont venus avec leur ancienne, la possibilité existe de parquer au plus près du Forum Fribourg, mais pour les autres, c’est  un long chemin de croix depuis Givisiez et les embouteillages de la circulation, un samedi comme dans n’importe quelle ville de Suisse. C’est un fait, le Forum Fribourg manque de place de parc. Une fois les exposants installés, et c’est bien normal, il ne reste plus d’autre alternative que les transports publics. L’emplacement du complexe d’exposition oblige les transports en commun à traverser la ville et ses bouchons, alors que les citoyens de Fribourg se dirigent nombreux vers les centre commerciaux. Et c’est pareil  avec le train depuis la gare CFF.  Les transports publics ont aussi leur limites. En provenance du Valais, je récupère mes compagnons à Monthey, Aigle, Vevey et nous faisons le voyage en commun jusqu’à …Givisiez !

D’autre part, la tendance actuelle est au « youngtimer », qui sont les « oldtimer » de nos enfants. Cela est très bien, et cela signifie au moins, que la relève est assurée. Mais une manifestation comme l’OTM de Fribourg ne doit pas devenir une exposition de voitures d’occasion. Il y a suffisamment de professionnels pour ça. Comme pour les « oldtimer » ou vétérans, il devrait y avoir un intérêt historique à la conservation de ce patrimoine des 20 à 30 ans, soit il s’agit d’un modèle populaire dont il ne subsiste que peu d’exemplaire, les autres ayant été vaincus par la rouille et les mauvais traitements, ou des constructions originales, dépositaires de technologies d’avant garde, d’un savoir faire disparu, qui ont créé l’évènement ou ont marqué leur époque d’une empreinte indélébile. Les « GTi » en sont un exemple, entre autre.

Au premier étage, les clubs ont fait un effort qu’il faut maintenir et améliorer. Les voitures exposées était d’une qualité rare. Le contact avec le public est indispensable, et on doit noter que souvent on a l’impression que l’accueil est réservé au seuls membres et aux initiés. Mais ce n’est qu’une impression… Les clubs qui se présentent à Fribourg doivent accueillir tous le monde, leurs membres, et ceux qui sont intéressés, soit à la marque, soit au club, privilégier l’accueil, sans aucune forme d’ostracisme. Le VCCSR ( Veteran car club de Suisse romande) est l’exemple à suivre. Sans haranguer le chaland, le fait d’offrir spontanément une boisson, pas forcément alcoolisée, suffit souvent à nouer le contact avec des gens qui n’auraient pas spontanément osé. 

« Oldtimer & Teilmakt » est une manifestation apprécie de tous les amateurs, des deux côtés de la Sarine. Il faut qu’elle se maintienne,  malgré les obstacles et dans le meilleur esprit, quitte à ce remettre en question.

A l’année prochaine, donc, les 21 et 22 mars 2020 à Forum Fribourg sur le thème des véhicules, engins et moto militaires. 

François Mamin

 

 

 

SHARE THIS